Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Acceuil / Dernières infos / Le Grand Appauvrissement

Le Grand Appauvrissement

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Une catastrophe est en cours. Il s’agit du basculement massif des prolétaires et de certaines fractions de la petite bourgeoisie dans la pauvreté. Bien sur, on pourrait remonter avant la crise. Mais un cap est franchi et il est important de le penser en tant que tel : ce qui est en cours aujourd’hui dans les pays du centre, c’est un Grand Appauvrissement.

Cette catastrophe grandi en permanence et comme un monstre de film d’horreur, avale des pays entiers, sans jamais sembler rassasiée. Pourtant, comme dans les films d’horreur, une bande de gros malins suggèrent que les exploités réagissent à ces menaces en…se dispersant. Vous voyez la scène, elle est devenue un classique du genre.

La suite on la connaît, le monstre/psychopathe/vampire/tomate-zombie n’a plus qu’a faire son marché. Souvent même, une bonne partie du travail est fait par les personnages eux même, qui en plus de se séparer se dézingue entre eux.

Vous n’aurez pas beaucoup de mal à reconnaître l’ambiance qui règne dans une partie de notre classe. Racisme, xénophobie, ou encore rejet des « assistés ». Pourtant, nous sommes toutes et tous concernés par le grand appauvrissement en cours. C’est un phénomène international, qui prend ses racines dans le fonctionnement du capitalisme. Notre classe coûte trop cher. Alors le capitalisme créé une ambiance de soldes permanente. Nous met en concurrence. Refuse de payer pour la Sécu, le chômage, la retraite.

Les axes des attaques sont les mêmes qui se répètent partout en Europe.

Baisse des salaires directs.

Ainsi, à Chypre, la baisse du pouvoir d’achat à atteint environ 10% pour la période 2010-2013. En Grèce le salaire minimum baisse encore, réduit de 22% pour l’ensemble de la population et de 32% pour les moins de 25 ans ce qui les place en dessous du seuil de pauvreté. (chiffre de 2013, la situation s’est encore aggravée).

Baisse des salaires dans la fonction publique.

En France, cela se passe insidieusement, par le gel du point d’indice. En clair, les prix montent, mais les salaires ne suivent plus l’inflation. Du coup, les salaires réels baissent. Et cela fait des années que ça dure. En Grèce, au Portugal ou en République Tchèque, ces dernières années, on a aussi directement baissé les salaires des fonctionnaires.

Une carte du chômage en Europe tiré du site de l’Expansion.

Explosion du chômage partiel ou total.

On est sur une belle arnaque des chiffres. Tu les vois mes statistiques. ? Ils sont ici ils sont là… Pouf ! Ils sont partis. Au final, on nous vends une baisse du chômage en Europe, là ou il y a découragement (ou radiation) des chômeurs et explosion du chômage partiel.

Prenons l’Italie. Le taux de chômage est censé y être passé de 12,7% fin 2014 à 11,9% un an plus tard. Selon les chiffres donné par une enquête de l’Expansion [1]journal économique pro-patronal il serait en réalité… trois fois plus important qu’annoncé, à 34% fin 2015. Et on retrouve cette situation partout en Europe.

Baisse des salaires indirects. & bâtons dans les roues pour toucher ses droits.

Va z-y qu’on augmente la durée de cotisations nécessaire pour avoir droit à la retraite, on baisse le chômage et compagnie. Toute l’Europe est concernée dont la France. Et ce n’est pas prêt de s’arrêter quand on regarde ce que nous promettent les différents candidats aux élections présidentielles.

D’un autre côté, on ferme les accueils de la CAF, de pôle emploi. Ca s’appelle la dématérialisation, et c’était l’un des motifs de la grève récente des travailleuses et travailleurs de pole emploi. Par ce que bien évidemment ça va s’accompagner d’une réduction des postes.

Du côté des allocataires, c’est devenu un parcours du combattant pour réclamer le moindre sous. Rappelons qu’il s’agit d’une partie de notre salaire ! On a assisté ces dernières années à des embryons de luttes sur ces questions, mais tout reste à faire.

Dans le même ordre d’idée, on flique les chômeurs, les oblige à effectuer des TIG.

Cela se traduit par exemple par des Travaux d’Intérêts Généraux (des TIG, comme pour la justice, ben ouais…) pour les chômeurs et chômeuses. En Hongrie, République Tchèque, Espagne, Allemagne, et aux Pays-Bas c’est déjà fait : les bénéficiaires des allocs sont forcés de faire du travail gratuit s’ils ne veulent pas être radiés.

Cela commence aussi en France. Ainsi, dans le Haut Rhin, le département veut imposer au allocataires du RSA de travailler dans l’associatif gratos.

Sans compter l’augmentation du coût de la vie.

La hausse de la TVA jusqu’à 27 % en Hongrie, au coude à coude avec la Roumanie, le Portugal, la Grèce. Mais la France n’est pas loin, et la TVA « sociale » revient…

Un million de pauvres en plus. Mais c’est quoi, être pauvre ?

Selon les décomptes effectués par l’observatoire des inégalités, on compte un million de pauvres de plus en France. Mais qu’est-ce qu’être pauvre ? En général, il s’agit d’un rapport au revenu médian. En résumé, on coupe la population en deux. Le revenu médian, c’est le revenu tel que la moitié des salariés de la population considérée gagne moins et l’autre moitié gagne plus. Pile au milieu. Ensuite, on défini un seuil : par exemple, 50 % du revenu médian selon la norme française.

Problème : quand le revenu médian c’est déjà pas génial on fait comment ? Pour vous donner une idée, le revenu médian en 2014 c’était 1679 euros par mois. Et donc pour être pauvre, faut gagner moins de la moitié de ça. Soit, faites le calcul… 838 euros par mois. Vous touchez moins ? Ben z’etes pauvres. Vous touchez 850 euros par mois ? De quoi vous vous plaignez ? Une chose est sûre, il y a un million de personne de plus qui sont passées en dessous ces dernières années.

Mille précarités. Une classe.

Mais au delà de ces chiffres, une réalité. Notre classe est toujours plus exploitée. Et ces statistiques cachent tant de réalité ! On a trouvé ces derniers temps plein de nouvelles expressions. Précarité énergétique quand on galère à payer le chauffage. Difficulté d’accès à la mobilité, quand on a pas les sous pour la voiture, le permis, etc. Qu’on galère dans les transports publics. Précarité numérique… Vous avez compris. A souligner, ce sont souvent les femmes prolétaires qui subissent de plein fouet cette galère.

Voici la quotidien de notre classe. A ceux qui nous parlent de « grand remplacement », renvoyons le leur au visage. Le grand phénomène en cours, c’est notre appauvrissement. Et la réponse à y apporter, c’est la lutte, la solidarité. Le monstre du film d’horreur est à nos porte. Ce n’est pas le moment de dire «  on part chacun dans une direction ». Plutôt celui de frapper ensemble.

Références et sources   [ + ]

1. journal économique pro-patronal

A propos de Cyrnea

Regarder aussi

Une sélection de romans révolutionnaires

ImprimerNous proposons aujourd’hui une petite sélection de trois romans classiques révolutionnaires, venus de trois continents …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *