Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Acceuil / Economie / Que signifie l’augmentation actuelle des budgets militaires ?
tintin guerre budget militaire

Que signifie l’augmentation actuelle des budgets militaires ?

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Nous avons vu dans l’article de la semaine dernière que l’augmentation du budget militaire chinois participe grandement à faire monter les tensions en Asie. Mais c’est avant tout une des réponses à la crise actuelle du capitalisme. Fabriquer des marchandises vouées massivement à la destruction : les armes, permet temporairement de relancer la machine économique. Le problème c’est qu’il y a besoin de conflits pour que ces armes soient utilisées et renouvelées, c’est toujours le prolétariat qui en paye le prix.

La Chine n’est pas la seule à augmenter son budget militaire

Si le budget militaire de la Chine a explosé ces 15 dernières années, ce n’est pas le seul pays à réorganiser et réinvestir dans son armée. Depuis 2010, les budgets de la défense ont globalement été augmentés dans la plupart des pays du monde. À son arrivée au pouvoir, Donald Trump a annoncé une hausse de 10% du budget étasunien (ce qui veut dire 54 Mds de plus par an). Les dépenses russes ont également explosé (augmentation de 91% en dix ans)[1]https://www.lesechos.fr/05/04/2016/lesechos.fr/021818536227_2015—un-tournant-dans-les-depenses-militaires-mondiales.htm. Depuis les invasions de la Géorgie et de la Crimée, l’armée Russe fait peur et est source de nombreux fantasmes. Mais son budget de fonctionnement est en stagnation ces trois dernières années à cause d’une situation économique peu favorable et la baisse massive de la valeur du Rouble. Le dernier plan d’austérité russe a également touché l’armée. Si cette armée qui bombarde actuellement les civils en Syrie reste impressionnante, elle risque de ne pas le rester dans les années qui viennent. La remontée du prix du gaz ne suffit pour le moment pas à faire repartir l’économie russe et les coupes budgétaires dans la défense risquent de perdurer.

Mais c’est surtout le budget de l’Arabie Saoudite qui a véritablement décuplé (augmentation de 150% en 10 ans). Aujourd’hui 3e budget militaire du Monde devant la Russie, l’armée saoudienne, se sert actuellement d’une partie de ses avions pour bombarder massivement la population Yéménite avec des bombes à sous-munition[2]http://fr.euronews.com/2015/05/03/yemen-des-membres-des-forces-speciales-entrent-dans-aden. Mais depuis quelques mois c’est l’armée Américaine qui a vraiment pris le relais au niveau des bombardements. Elle se sert aujourd’hui de ce conflit pour tester ses bombardements par drones sur les civils[3]http://www.cnews.fr/monde/video/au-yemen-les-frappes-des-drones-tuent-plus-de-civils-que-les-attaques-dal-qaida-137836.

En Asie, pour faire face à la remilitarisation de la Chine, l’Indonésie, le Vietnam, l’Inde et les Philippines ont également développé leurs budgets militaires. L’Inde qui a décuplés ses dépenses au point de devenir le 3ème budget du monde, est également de plus en plus engagée dans les forces de l’ONU. Elle utilise son armée grandissante pour lutter contre ses ennemis intérieurs (guérilla maoïste et rebelles soutenus par le Pakistan au Cachemire). Idem en Europe où ce sont les pays baltes (multipliés par 3 en dix ans en Estonie) et la Pologne qui investissent actuellement massivement dans l’armement pour pouvoir faire face à la Russie.

Pays Budget militaire en 2007 (en mds d’Euro) Budget militaire en 2016 (en mds d’Euro)
États-Unis 407 587
Chine 52,5 197
Inde 28 53
UK  65,3 51
Arabie Saoudite 34,6 45
Russie 35,2 38,6
France 38,1[4]http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/05/09/la-memoire-selective-de-nicolas-sarkozy-sur-le-budget-de-la-defense_4915689_4355770.html 42
Allemagne 30 37
Vietnam 1,19 7,3

Au niveau européen de l’ouest, si les budgets ont chuté jusqu’en 2011, la plupart sont repartis à la hausse à partir de cette date. L’Allemagne est en plein réarmement et a déjà annoncé avoir comme but que son budget atteigne à terme les 60 Mds. Ses dépenses militaires en 2016 ont dors et déjà dépassées celles de la France pour la première fois depuis 1945. L’annonce de Trump de ne plus vouloir que les USA, à travers l’OTAN, paient pour la défense de l’Europe risque de largement renforcer cette dynamique.

Ce n’est pas pour rien que la quasi-totalité des candidats à l’élection présidentielle (Hamon, Macron Fillon, Dupont-Aignan, Mélenchon, LePen, Cheminade et Asselineau), ont tous dans leur programme politique une augmentation du budget militaire.

Doit-on craindre la possibilité d’une guerre à long terme ?

Que veut dire cette augmentation globale des budgets militaires pour nous ? Si la plupart des armées du monde se renforcent et achètent des armes, elles vont bien finir par s’en servir. En tout cas développer l’armée participe à donner à ces pays de nouvelles ambitions impérialistes et néocoloniales. À l’instar de la Chine qui sécurise ses investissements en Afrique grâce à son intervention militaire sous mandat de l’ONU dans les pays en guerre (RDC, Soudan du Sud, Mali). Ces nouvelles ambitions des pays « capitalistes de rattrapage » font monter la tension avec les pays historiquement dominants dans ces régions. Idem au niveau de Taiwan, protégé des Usa, que la Chine considère comme toujours lui appartenant. Le développement de l’armée pousse de plus en plus une partie de l’État-major de Pékin à envisager une reprise de l’île par la force. Du côté des Etats-Unis, le pantin de la Corée du Nord est agité par Trump pour légitimer le renforcement de la présence militaire au Japon. L’archipel nippon est actuellement en forte tension avec la Chine à propos de la souveraineté des îles Sankaku. Plus largement les Usa veulent affirmer leur présence en mer de Chine Orientale et stopper des revendications territoriales de l’Empire du Milieu.

Une guerre entre Chine et USA pour le Pacifique est-elle possible ? 

De plus en plus d’analystes considèrent qu’une crise diplomatique entre les États-Unis et la Chine pourrait rapidement arriver et, même si cela reste improbable, potentiellement déclencher une guerre[5]https://francais.rt.com/opinions/32720-tensions-chine-etats-unis-annee-2017-etre-decrite-tres-grand-risque-politique une analyse a relativiser étant donné qu’elle est publié sur le site de RT (Russia Today) site de propagande du Kremlin[6]https://www.lesechos.fr/14/09/2016/lesechos.fr/0211286690251_chine—etats-unis—guerre-improbable–pas-impossible.html.

L’arrivée au pouvoir de Trump pourrait précipiter les choses. Steve Bannon éminence grise du milliardaire président annonçait en 2016 sur sa radio : «Nous irons à la guerre dans la mer de Chine méridionale d’ici cinq à dix ans. […] Il n’y a aucun doute là-dessus »[7]https://www.theguardian.com/us-news/2017/feb/02/steve-bannon-donald-trump-war-south-china-sea-no-doubt.

trump poulet budget militaire

Les tensions économiques sont également très fortes puisque les États Unis accusent la Chine de dévaluer sa monnaie et de surtaxer les importations américaines. Trump menace de taxer à 25% les importations de produits chinois. Mais les deux géants partagent un commerce évalué à 560 mds de $ par an. Les importations chinoises représentent une très grande partie de la consommation américaine. La Chine a besoin de cet acheteur autant que les Usa ont besoin de ce fournisseur à bas coût. Enfin la Chine possède 7% de la dette publique américaine soit 3 000 milliards de dollars[8]http://www.liberation.fr/planete/2016/12/12/chineetats-unis-vers-une-guerre-froide_1534848.

Malgré les grandes déclarations publiques inquiétantes, ces réalités économiques devraient permettre d’empêcher un conflit direct dans les années à venir. Mais la montée des tensions est réelle et il est plus vraisemblable de voir se développer entre la Chine et les USA une situation proche de celle de la guerre froide. Il est à parier que ces deux impérialismes vont s’affronter pour étendre et consolider leur domination dans le pacifique dans les années à venir. Mais au vu des enjeux économiques, il reste improbable pour le moment de tabler sur un conflit direct. Par contre de réelles guerres soutenues et armées par les deux géants risquent de se déclencher dans d’autres états du pacifiques (Philippines, Indonésie, Corée du Nord par exemple).

Une Russie très limitée

Du côté de l’Europe, si la Russie continue de faire peur à beaucoup de monde, notamment à cause de personnalité belliciste de Poutine, il convient de relativiser sa puissance de feu. Ses budgets militaires sont en baisse et elle n’est pas en mesure d’attaquer directement l’Europe de l’Ouest. Rappelons que 70% du gaz russe est vendu aux pays de l’Union européenne et reste le moteur de leur économie. Si Poutine rêve de récupérer les pays baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie), ces derniers font partie de l’espace Schengen. Tant que ce dernier existe, il demeure impossible pour les Russes d’imaginer pouvoir récupérer la région.

Mais le capitalisme pour sortir de la crise systémique actuelle et relancer le processus d’accumulation aura besoin de guerre beaucoup plus vaste. Pour régler la crise de suraccumulation du capital, rien de tel qu’un conflit détruisant une bonne partie de ce dernier. Lorsqu’il ne reste que des cendres, investir pour reconstruire ce qui a été détruit, permet de relancer la machine.

À long terme, cela reste la seule réelle solution et le développement des budgets militaires à travers le monde démontre que l’on va vers cette direction. Mais à chaque fois que l’on a voulu plonger le prolétariat dans la guerre à grande échelle, il ne s’est pas laissé faire et s’est révolté. Si cette monté des bellicismes est dangereux pour nous, elle est également porteuse d’espoir, car de révolte et de possible révolution contre les volontés destructrices du Capital.

Références et sources   [ + ]

A propos de Ben Malacki

Regarder aussi

Une sélection de romans révolutionnaires

ImprimerNous proposons aujourd’hui une petite sélection de trois romans classiques révolutionnaires, venus de trois continents …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *