Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Acceuil / Dernières infos / La farce du peuple…
La Farce du peuple
La Farce du peuple

La farce du peuple…

Temps de lecture estimé : 6 minutes

On connaît le vieux refrain gaulliste. « La présidentielle, c’est la rencontre d’un homme et d’un peuple. ». Et la notion de peuple est très présente dans cette campagne électorale. On en appelle à la « force du peuple », on prétend parler au « nom du peuple »... Mais qu’est ce que le peuple ?

Les élections présidentielles sont un moment particulier dans le fonctionnement de la république Française. Celui de la constitution d’un bloc majoritaire. C’est d’ailleurs sa fonction. Vendre du rêve, alors que l’adhésion de la population au régime est basse, que la crise gronde, que la pauvreté s’envole. C’est donc un instant assez particulier, presque de l’ordre de la magie : le verbe se gonfle, la parole se fait acte, les grenouilles se prennent pour des aurochs.

Le cirque électoral

Dans une campagne, on est comme dans un bar-spectacle. A l’affiche, un vieux clown fatigué. Le voici qui entre sur scène. Son maquillage a tout moment va couler, rendre visible ses cernes. Il se prendra les pieds dans le tapis, les douleurs de son dos le rattraperons.

Mais il enchaîne les vannes, s’échauffe. Autour de nous les premiers applaudissement retentissent, réveillent la salle. Nous assistons, avec une certaine stupeur, à un emballement. Bientôt des cris retentissent, les rires se font plus fort. Encore une fois, ça à pris.

Quelques heures plus tard le rideau tombe. Les applaudissement fusent. Le public a plébiscité l’artiste. Il s’est dans le même mouvement, transformé en spectateur, vous savez, le contraire d’acteur. Dans quelques temps, le clown retournera dans sa loge. Il a fait le job. Faire d’une salle, potentiellement hostile, son public. Un public à qui il a vendu son spectacle.

Cette comparaison n’est pas fortuite, tant les similitudes entre humoristes et politiciens sont frappantes. Les humoristes franchissent parfois le pas, se font politiciens. Pensons à Beppe Grillo, du mouvement 5 étoile en Italie, qualifié de populiste, à l’instar du FN, de Syriza, de la France insoumise.

On en reviens à cette histoire de peuple, et de populisme. Il y a deux types de discours sur le « populisme ». Celui qui utilise ce terme comme synonyme de démagogues. En résumé, les populistes seraient une bande d’irresponsables qui promettent tout et n’importe quoi pour être élus. Qui disent au « peuple » ce qu’il veut entendre. C’est la position des médias bourgeois, des politiciens « classiques ».

A l’inverse, il y a celles et ceux qui réfutent cette critique du populisme, voire qui retournent l’argument. Oui, il faut faire ce que le « peuple » demande, c’est la base de la démocratie.

Le peuple est une proposition politique nationaliste

Ce qui en revanche n’est pas questionné, c’est l’existence même de cette entité, le « peuple ». Pourtant, elle est loin d’être évidente. Qu’y a t-il en commun entre des patrons, des ouvrières, des chômeurs des cadres etc ? Pas la situation sociale. Plutôt la carte d’identité. Le drapeau, la nation.

Ces drapeaux agités par centaines dans les meetings des candidats à la présidentielles de tous bords.

Loin donc d’être une réalité sociale, il s’agit d’abord d’une proposition politique. Il existerait un peuple, en l’occurrence le peuple français. Ce peuple, bien que composé de plusieurs classe, partagerait des intérêts communs. Il constituerait donc une communauté sur la base de l’appartenance à la nation. La forêt nationaliste derrière l’arbre du peuple.

La première chose à retenir c’est qu’il s’agit d’une proposition politique excluante. Il y a ceux qui sont dans la communauté nationale et les autres. C’est toujours ainsi que l’on constitue une communauté : en la délimitant. Comme le vieux mythe du tracé des remparts de la ville de Rome par Romulus qui va jusqu’à tuer son frère qui le nargue en sautant ces remparts symboliques.

La conséquence, c’est la politique vis vis des travailleurs migrants. Cela amène les « populistes de gauche » à entretenir le flou, comme le fait Mélenchon . De l’autre côté de l’échiquier politique, c’est plus clair, le FN sera pour le tout répressif. Rappelons tout de même qu’ aucune frontière n’empêchera des galériens et galériennes, prêtes à risquer leurs vies, de passer. Elles ne sont pas là pour ça. La répressions des travailleurs sans papiers sert avant tout à baisser leurs salaires. A rendre difficile leurs luttes, les tenir à la merci du patronat, les confiner au travail non déclaré. Cela augmente la pression à la baisse sur les salaires de l’ensemble de la classe.

Enfin, en déclarant que tout le peuple a des intérêts communs, on propose de concilier les classes sociales au sein de la nation. Ce rôle d’arbitre des conflits est attribué à l’état.

Que demande le peuple ?

Nous en avions déjà parlé précédemment. L’une des tendances lourdes de la période, c’est la dynamique national-populaire des mobilisations. Cette dynamique conduit à un rapport du « peuple » à l’état, reposant sur deux injonctions contradictoire. Plus de revenus, mais stop les affaires et le clientélisme.

Le risque est alors de tomber dans une boucle sans fin, comme un hamster tourne dans sa roue.

La pauvreté augmente. => Il faut un État social qui redistribue plus de revenus. => Mais il n’y a pas assez pour tout le monde et la redistribution prend une forme clientéliste => C’est un scandale, il faut un État fort, en finir avec la corruption et les affaires => Attaquer le clientélisme c’est attaquer la redistribution telle qu’elle existe => La pauvreté augmente…

La solution proposé pour sortir de ce marasme dans le cadre du capitalisme, c’est alors le séparatisme. Il faut redéfinir les contours de la communauté nationale. Sortir de L’Union Européenne tel le Royaume Uni. Sortir du Royaume Uni, tel l’Écosse. Dynamique séparatiste aussi en Catalogne. Frexit.

L’ironie de l’histoire, c’est que cette dynamique séparatiste produit une augmentation du nombre de prolétaires étrangers, une restriction permanente des droits afférents à la nationalité, qui va concerner toujours moins de monde. Pensons aux enjeux autour des résidents européens au Royaume-Uni. On peut dresser ici un parallèle avec le concept d’ « homo sacer » mis en avant par Agamben. Encore une fois, il s’agit de faire pression pour réduire les coûts de la main d’œuvre.

Des partis Uberisés

Toujours et partout, la restructuration capitaliste vise au low cost. Dans un monde ou le salaire n’est plus synonyme de débouchés, mais de coût.

Le cercle vicieux s’aggrave toujours plus. Sur le terrain des partis, il produit l’uberisation de la vie politique, sociale, syndicale, la fin des corps intermédiaires. Ainsi, la France Insoumise, En Marche, le M5S en Italie, Podemos en Espagne… Tous soutenus par une idéologie démocratiste qui présente le vote électronique, l’engagement direct sur internet, etc comme le top de l’horizontalité . Il s’agit pourtant de la même soupe qui fait appeler « économie collaborative » le travail de coursier payé à la pièce de Deliveroo ou Foodora.

Ça s’en va et Ça reviens…

Nous l’avons vu en Guyane. Nous le reverrons demain dans les luttes de notre classe. Si l’époque est lourde, le même mouvement qui nous jette dans la tourmente porte son dépassement. La constitution du peuple est une proposition bancale. Le clown est boiteux, faible sur ses appuis. Un rien de lutte de classe et il bascule.

D’ici là, défiance. Envers les tribuns et leur enchantement du monde. Envers le peuple, voie de garage synonyme d’écrasement des prolétaires.

 

A propos de Cyrnea

Regarder aussi

Une sélection de romans révolutionnaires

ImprimerNous proposons aujourd’hui une petite sélection de trois romans classiques révolutionnaires, venus de trois continents …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *