Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Acceuil / France / Démission ? Et ensuite?

Démission ? Et ensuite?

Temps de lecture estimé : 2 minutes

Les appels à la démission de Macron rythment les manifestations. Et si le mouvement perdure et se renforce, il est probable que le gouvernement, ou même la présidence elle même, finisse par tomber. Et ensuite? Nos conditions de vies en seront-elles améliorées?

La réponse est claire: nous n’avons rien à attendre d’un changement à la tête de l’état. Les têtes peuvent tomber sans que rien ne change, voire même que cela s’empire encore: regardez ce qu’il se passe tout les cinq ans.

Bien sûr, cela ferait plaisir de voir Macron dégager.

L’arrogance dont il fait preuve, sa suffisance, ses petites phrases de provoc’ du genre  » venez me chercher » y sont pour quelques chose: ce type est particulièrement imbu de lui même, et le voir dégager ferait plaisir. Mais voyons plus loin: Macron n’est qu’une plante verte libérale qui cache la jungle amazonienne du capital. S’il s’en va c’est pour être remplacé par un autre bouffon. Le problème n’est pas de l’ordre du politique. Les politiques ne sont que les gestionnaires de l’état. Changer de gérants ne règlera pas le problème, ne servirait qu’à nous démobiliser.

Macron n’est qu’un fusible.

En Argentine, lorsque la crise de 2001 a produit un effondrement de l’économie au détriment des prolétaires, les gouvernements et les présidents ont valsé. Plusieurs fois en quelques semaines, les têtes ont changés. Cela n’a pas changé grand chose pour les galériens, qui voyaient leur situation se dégrader de jours en jours. Ici aussi, on peut prévoir qu’une démission n’ouvrirait la voie qu’à un intérim d’union nationale bidon, en attendant de nouvelles élections.

Les élections pour court-circuiter le mouvement.

Les exemples historiques ne manquent pas: quand le pouvoir est faible et détesté, l’état se donne un petit shoot de légitimité par la convocation de nouvelles élections. C’est un moyen éprouvé d’étouffer la contestation en proposant une fausse alternative aux masses en colère. Nous savons très bien comment ça se passe. En fait, c’est la même chose que l’élection des représentants, mais à une échelle plus large: c’est un moyen de pousser tout le monde à rentrer chez soi. L’objectif étant simple,  chacun chez soi, chacun dans l’isoloir, dont le nom est bien choisi.

Ce mouvement est un feu électrique: qu’ils dégagent tous.

Ne nous laissons pas avoir par les fausses alternatives. La pauvreté et l’exploitation n’ont pas commencé avec Macron, continueront sans lui, si rien ne change. Pour faire bouger les choses, donner de l’air au mouvement,  ce dont nous avons besoin, c’est de causer pratique: comment organiser la grève de masse, à même de nous donner les moyens d’inscrire ce mouvement dans le quotidien, de bloquer effectivement l’économie, d’envisager la suite.

 

 

 

A propos de Cyrnea

Regarder aussi

Appel à la grève

Imprimer[MaJ le 10/12] La grève est maintenant une nécessité vitale. Ce texte est un appel, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19h17.info

GRATUIT
VOIR