Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Acceuil / Loi El Khomri / Analyse / Démocratie & mouvement réel : critique des assemblées « démocratiques »
Pluie, Vapeur et Vitesse
Pluie, Vapeur et Vitesse - Le Grand Chemin de Fer de l’Ouest. (Turner)

Démocratie & mouvement réel : critique des assemblées « démocratiques »

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Le mouvement contre la loi travail a commencé depuis quelques semaines et avec lui entre autre forme d’organisation, les AG, étudiantes, lycéennes, etc. La plupart du temps, le mode d’organisation y est calqué sur celui de la démocratie parlementaire : un organe législatif, l’assemblée, prend des décisions qui sont ensuite appliquées par l’organe exécutif, le comité de lutte [1] Nous n’avons pas évoqué le cas des comités de luttes élus, qui semble être tombé en désuétude. C’est déjà ça. . Le détail varie, mais l’idée est là. Ce mode de fonctionnement est sensé garantir la représentation la plus fidèle du mouvement. Nous commencerons donc par critiquer cette conception.

Photographier le mouvement.

Imaginons que vous êtes photographe animalier. Planqué dans votre jeep depuis les premières lueurs de l’aube, vous voulez photographier un guépard. Soudain, il surgit. Rapide, en pleine course.

Le rendu de votre photo de cet animal en mouvement oscillera entre deux possibilités, selon ce que vous vouliez montrer. Vous montrez l’animal ? Alors l’image sera nette, figée. Vous montrez le mouvement ? Ce sera flou, marquant ainsi le déplacement dans l’espace.

Il en va de même pour la représentation proposée d’un mouvement. Et l’enjeu de ce texte n’est rien d’autre que la défense du mouvement contre celles et ceux qui, souvent sans même s’en rendre compte, s’active à le figer. Nous parlons ici des universités, mais cela est vrai aussi pour tout les autres secteurs.

Que signifie figer le mouvement ? Tout simplement s’organiser et par voie de conséquence se représenter en tant que sujet figé. Par exemple, en tant qu’étudiant de telle université, travailleurs de telle boite, etc : sur la base donc, de ce qui nous divise, chacun dans son statut particulier. C’est la limite de l’auto-organisation. Cela ne signifie pas que nous condamnions absolument ce fonctionnement, il est nécessaire, en général la lutte commence comme ça. Il faut prendre appui pour sauter.

Auto-organisation et dépassement.

Au début on s’organise en tant qu’étudiant de son université. Car un étudiant du Mirail ou de Paris 8 à peu en commun avec un étudiant d’Arsenal ou d’Assas. On s’organise en tant que lycéen de tel bahut du centre ville, ou de tel autre au beau milieu d’un quartier ouvrier. On s’organise en tant que cheminots, postiers, ouvrier d’Airbus…

Et partout se pose deux possibilités.

L’une consiste à faire de la lutte la défense de ce que nous sommes : cheminot, je m’organise avec mes collègues et espère gagner quelques garanties pour les cheminots. Étudiante, je défends mon statut, demande plus-de-poste-au-capes-pour-pas-finir-CRS, m’indigne qu’avec un bac +5 on devienne chômeuse… En oubliant qu’il s’agit de mener la lutte avec celles et ceux qui n’auront jamais la possibilité de faire des études.

L’autre possibilité est donc de mener cette lutte ensemble, en dépassant notre situation particulière. Concrètement, cela signifie refuser le corporatisme, faire de nos lieux de lutte des lieux ouverts, aller donner un coup de main pour faire une action avec des chômeurs, aider si nécessaire à défendre le piquet de grève d’une usine, chercher à faire entrer toujours plus de camarades dans la lutte…

Car cette fameuse auto-organisation peut aussi se retourner contre le mouvement lui même, nous l’avons déjà vu dans les luttes précédentes. On reste enfermé dans son corporatisme, ce qui en dernier recours ne peut conduire qu’à enterrer la lutte : faire grève c’est aussi risquer de couler la boite, de dégrader l’image de la fac, etc. Les arguments, on les connait, ils reviennent à chaque lutte dans la bouche des anti-grévistes.

Ceux là sont d’ailleurs arc-boutés sur leur statut : étudiants, ils veulent avant tout étudier et sont donc bien sûr contre le blocage de l’université. Fonctionnaires, ils sont satisfaits du dégel du point d’indice : pourquoi lutter alors que cela ne me concerne pas moi directement et qu’on m’a débloqué 10 euros de plus par mois ?

Tactique et stratégie.

Nous décrivions au début de ce texte un mode d’organisation: assemblée/organe législatif, comité/organe exécutif.

Ce fonctionnement peut être plus ou moins rigide. Poussé à l’absurde, il dénie toute autonomie tactique à celles et ceux qui s’organisent au quotidien : tout doit être décidé à l’assemblée, alors même que tout n’est pas prévisible, puisque cela dépend de la situation, du moment. Nombres d’actions sont ainsi rendues impossible, car non votée ; jusqu’au cocasse d’attendre pour diffuser un tract à des lycéens que cela ai été décidé en AG. Là aussi, le mouvement est pétrifié. Et cela alors même que la forme AG se prête très mal aux discussions tactiques : beaucoup de monde, une parole qui va dans tout les sens, etc.

C’est que ce n’est pas le rôle de l’assemblée de masse, de discuter tactique. Il s’agit plutôt d’y parler politique, c’est à dire stratégie : tenter de voir l’ensemble du tableau, débattre des grandes options qui s’offrent à nous, inciter à voir plus loin, s’informer, en somme tirer parti du nombre, au lieu de se débattre avec.

Élaborer des tactiques, lors d’une manifestation, dans une action, par ce que le piquet de grève de la boite en grève d’en face à besoin d’aide car la patron à embauché des jaunes pour casser la lutte : tout cela se fait devant une situation donnée.

En résumé, stratégie lors des assemblée de masse, tactique en comité plus restreint. Refuser cette partition conduit en général à ne parler ni de l’une ni de l’autre.

Enfin, dans les assemblées étudiante, ce n’est pas pour rien si la question se cristallise autour du blocage, lorsque celui ci est voté. C’est qu’il s’agit de la question politique essentielle : pour ou contre la poursuite du mouvement lui même. A ce moment,la question de l’endroit ou parler tactique se pose encore plus clairement, le risque étant de laisser des anti-grévistes peser sans vergogne sur les choix du mouvement qu’ils combattent.

Démocratie et vote.

Il ne s’agit pas de nier l’évidence : bien sûr, à un moment, le vote « démocratique » est une dynamique du mouvement étudiant. Mais c’est aussi une limite. Pourquoi une dynamique ? Parce qu’il peut avoir quelque chose d’entrainant, incluant. On vient à l’assemblée, on écoute, on parle parfois et on vote, comme un rituel qui vient conclure la cérémonie.

Là aussi, pourtant, l’enjeu reste celui de figer le mouvement ou non. Car dans le jeu des tactiques politiciennes des divers courants en présence, tout se décide au centre, lieu de compromis.

C’est logique, cela tient du mode de fonctionnement. On retrouve le même principe dans les démocraties de type parlementaires, comme la 3e république par exemple. La majorité, mouvante, est faite et défaite au cours d’alliances ponctuelles du centre et de la gauche pour un coup, du centre et de la droite pour l’autre. Le parti qui commande, c’est finalement ce centre, représenté à l’époque de la 3e république par les radicaux-socialistes, aujourd’hui par telle ou telle fraction de la militance. Un coup je vote pour le blocage avec les autonomes, l’autre coup je vote contre l’occupation de la gare avec les anti-grévistes.

Aujourd’hui pourtant, nombres d’étudiants et lycéens votent surtout avec leurs pieds : ils viennent bien plus en manif qu’en assemblée, appelant ainsi à la poursuite d’un mouvement sans avoir besoin de le voter.

Bien sûr, notre critique du vote n’est pas idéaliste. Nous savons bien que cette habitude est dure à perdre. Elle joue aussi peut-être un rôle de pacification, d’acceptation du mouvement par les anti-grévistes, du moins durant un temps. Car ceux-ci s’organisent et ne respectent bientôt plus que le rapport de force. C’est cela, la signification réelle d’une masse de disons mille pro-blocage qui se lèvent face aux 500 anti-grévistes : l’expression d’un rapport de force posé par le biais du vote à main levée.

Au bout du compte, l’État.

Puisque nous en arrivons au rapport de force, il reste une dernière question à évoquer. Celle de la signification politique de ce mode de fonctionnement. Ce que portent les défenseurs de ces assemblées, de cette représentation figée, de ces alliances pour les votes, etc, c’est l’État. Ils le disent parfois clairement, lorsque par exemple ils revendiquent l’assemblée générale démocratique comme l’embryon des organes de pouvoir qu’ils appellent de leurs vœux. Il s’agit d’imiter le fonctionnement de l’état « démocratique ». En bout de logique, il s’agit aussi de se poser, face à l’état, comme le seul interlocuteur légitime : c’est le rôle des coordinations étudiantes, qui se veulent une direction du mouvement. (Et sont l’occasion de magouilles politiciennes à n’en plus finir et pas que dans Baron noir.)

Mais un interlocuteur, une direction, doit être en situation de gérer son mouvement. Comme c’est d’ailleurs aussi le cas des directions syndicales. Diriger, cela veut dire quelque chose de très précis : il s’agit de maintenir l’ordre lorsqu’on le décide. Qu’est ce qu’une direction qui ne peut pas siffler la fin d’une grève ? Une direction dépassée. Une direction qui ne décide plus rien.

Alors, pour maintenir cet ordre, les directions mettent en place leurs propres polices : le bien nommé service d’ordre, seul détenteur de la violence légitime selon eux. Et qui n’hésite pas à imposer les décisions de la direction y compris par la violence contre le mouvement, ou la collaboration avec la police.

Pour tout cela et plus encore [2] pour aller plus loin, nous vous conseillons la lecture de Mort à la démocratie de Leon de Matthis, un essai critique écrit peu après le CPE, nous sommes critiques de l’assemblée générale démocratique. Mener cette critique est une nécessité du mouvement.

Références et sources   [ + ]

1. Nous n’avons pas évoqué le cas des comités de luttes élus, qui semble être tombé en désuétude. C’est déjà ça.
2. pour aller plus loin, nous vous conseillons la lecture de Mort à la démocratie de Leon de Matthis, un essai critique écrit peu après le CPE

A propos de Cyrnea

Regarder aussi

Histoire du magonisme et de l’anarchisme au Mexique – Part III: Dans la tempête

ImprimerTroisième partie de l’article de Claudio Albertani (lire la partie I et la partie II) …

Un commentaire

  1. Dans l’appel du RCA on peut lire « Nous n’entendons pas mettre en avant des pratiques particulières, des formes de luttes spécifiques » ainsi qu’une juste critique de « La gestion alternativiste : le mutuellisme, les monnaies alternatives, l’autogestion de la misère. ».

    Mais bon, du coup, après cette critique des AG et autres assemblées répliquant des modèles « démocratiques », je me demande quand même quel type de pratique mettre en avant (ou bien cette critique est-elle seulement une « mise en garde » pointant des limites, mais ne condamnant pas le principe) ?

    Et, autre question, est-ce que ces critiques sont également valables pour tout ce qui est de l’ordre des « conseils ouvriers » (côté marxistes anti-autoritaires) et de l’autogestion (côté libertaires) (d’ailleurs je serais bien en peine de distinguer clairement les deux), ou bien est-ce que je confonds tout ?

    Enfin, dans « Mort à la démocratie », quand Léon de Mattis écrit, en guise de critique du démocratisme : « Il n’y a aucune permission à demander à qui que ce soit avant de s’opposer en actes aux décrets du pouvoir qui nous oppresse. La sédition n’a pas besoin de se justifier. Elle est à elle-même sa propre justification. » ; je ne peux pas m’empêcher d’imaginer un faf réutiliser ces mêmes propos.

    Sinon, content de vous revoir 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *