Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Acceuil / Dernières infos / Oh la la la vie en rose : sur le peuple et l’organisation de l’impuissance

Oh la la la vie en rose : sur le peuple et l’organisation de l’impuissance

Temps de lecture estimé : 5 minutes

La paix sociale et ce qu’elle charrie de défaite, n’en finit pas de peser son poids sur nos têtes. Elle a un drapeau, ici couleur bleu-blanc-rouge. Elle porte qui des bonnets phrygiens, qui des costumes hors de prix. Mais sans distinctions de bord, elle s’écrie : soyez paisibles ! Ne soyez pas vindicatifs ! En un mot soyez impuissants.

Le spectacle de cette impuissance « joyeuse », nous l’avons vu le 5 mai. Il s’affichait dans Paris, sans compter les rassemblements dans plusieurs grandes villes. On y allait à la messe, en famille, faire corps, faire peuple. Nous reviendrons sur cette proposition plus loin.

Parlons déjà de l’impuissance.  Que voulez-vous montrer à un pouvoir tendu vers l’assaut, à un gouvernement en forme de bloc d’union qui a absorbé en son sein toute les tendances principales de la bourgeoisie, en défilant dans cette kermesse, une fois toutes les trois semaines – et encore – ?

Les réponses à cette question s’emboîtent comme des poupées russes. Pour commencer, la démonstration d’une force politique de remplacement au pouvoir actuel, qui aurait une assise « populaire ». Cela bien sûr, est l’ambition commune de la « gauche », toutes tendances confondues. A ce jeu, il y a des vaincus et la France Insoumise, qui emporte le morceau, se met en scène, s’impose.

Elle s’impose comme elle est né, en grimpant sur les épaules d’une mobilisation sociale qui patine. Là, c’était contre la loi travail. Ici se sont notamment les  cheminots et les étudiants. Comme en 2016, il s’agit de mettre tout le monde à genoux, car c’est la position de la prière : « s’il vous plaît, grands de ce monde entendez nous. Voyez, nous sommes paisibles, dignes et disciplinés. Voyez, nous avons bannis de nos rangs les enragés1, les violentes, les excessifs. » Puis, utilisant l’escabeau approprié, en l’occurrence toujours Nuit Debout, de sauter à la tête de la lutte en criant « hue ! En avant contre Macron ! ».

Le rose qu’on nous propose

Bien sûr, cette impuissance est proposée avec une contrepartie. L’espoir dans un débouché électoral en forme de déversoir de tout ce qui nous serait impossible à réaliser par nous mêmes. Les élections, les manifestations passives comme celle du 5 mai dernier, sont la MDMA du peuple. Une drogue ou l’ont se mêle, dans une forme de transe collective, joyeuse – parait-il – ou l’on s’extrait de soi, notamment de sa situation de classe, pour recomposer une forme d’unité particulière, celle du peuple.

S’extraire de sa situation de classe passe d’abord par distinguer les bons des mauvais exploités. Les bons, ce sont ceux qui sont honnêtes, paisibles2. Qui s’indignent dans le calme et perdent dans la dignité.

Les mauvais, ce sont tous les autres. Les jeunes ouvriers qui se révoltent car les prisons tuent les leurs. Les galériens de toutes sortes qui n’en peuvent plus de cette impuissance, cherche à trouver des prises, notamment face à l’état et sa police. Avec toutes les limites contre lesquelles nous nous battons3, mais sans abandonner, car nous ne pouvons nous le permettre. C’est, en définitive, la classe dangereuse. Celle qui perd toujours quand elle est la marge, et gagnera quand elle sera mouvement d’ensemble.

Cette séparation, constitutive du bloc du peuple, au détriment du reste des prolétaires, représente à coup sûr le spectre de la défaite pour tous.

D’autant que ce peuple a un nom de famille. Il est Français. Il le revendique et accoler l’adjectif insoumis ne changera pas la nature nationale de ce rassemblement. Nature qui en définit la limite, mais aussi les aspirations. Rassembler cette « grande famille » que seraient les Français. Une famille:  un endroit ou l’on discipline, assujettit, conditionne la sécurité à la soumission, en un mot domestique.

Et c’est bien cela dont il s’agit. Domestiquer les prolétaires, nous proposer comme seul horizon de faire perdurer notre exploitation, mais dans le cadre d’un vaste projet national de développement économique4.

Mais nous ne nous étendrons pas plus qu’une note de bas de page sur ce programme. Il n’est que fumée sans feu. Capable d’étouffer, pas de brûler.

Nous sommes arrivés au bout de nos matriochkas. La poupée est petite, elle tient dans nos mains. Elle a pour nom résignation, sœur jumelle de l’espoir. « Puisque on refuse de nous entendre, comme toute notre indignation ne les fait pas fléchir, attendons doucement les prochaines élections, accompagnons celles-ci par quelques marches passives et rentrons chez nous » : cela s’appelle le retour à l’ordre, et voilà à quoi on vous convie.

Votre « ordre » est bâti sur le sable. Mais les marchands de sable du peuple, avec leur ordre, leur paix. (Nous entendons bien sûr par là les politiciens, leur clientélisme, l’exploitation et la guerre…) Comprendrons plus tôt qu’ils ne le pensent l’autre face du message : sous les pavés, la plage.

[Pour de plus amples développement sur et contre la proposition politique du peuple, il y a cet article: la farce du peuple. Ou encore, vous trouverez tout un chapitre consacré à la question dans le livre Mais tout commence, dont nous avons déjà publié quelques extraits.]

_______________________________________________________________________________

Notes

1« 1er Mai : le lumpenmanifestant en burqa paramilitaire » titrait un article de Regards il y a peu.
2« Les gens qui vont venir, vous allez voir, ce sont des gens tranquilles, des salariés honnêtes, paisibles » Mélenchon sur BFM.
3Nous renvoyons pour approfondir la dessus à la série d’articles en trois partie sur la question, issue du livre « Mais tout commence ». Ici, le lien vers le premier.
4Pour ne citer que deux aspects, du programme de la FI:
A) Produire pour le marché intérieur et pour l’export, une main d’œuvre qualifiée. Cela va avec des projets de relance de la Recherche & Développement (R&D) , la mise en avant de secteurs clés comme l’informatique et le jeux vidéo, l’environnement, etc. Cela n’a rien d’émancipateur, il s’agit juste de proposer de valoriser la main d’œuvre disponible.
B) Mettre en valeur les possessions française dans le monde par exemple dans le domaine maritime ( la France, deuxième puissance maritime mondiale). Enrobée d’un discours de gôche environnementaliste, on parle froidement de renforcer la mainmise postcoloniale de la France dans le monde. Ces possessions, la France les détient car elles les à arrachée, partout dans le monde, dans le découpage qui a suivie la « décolonisation ». Pensons par exemple à Mayotte, prise en otage de la nécessité pour la France de maintenir son rang, ses possessions, sa présence stratégique dans l’Océan indien et précisément dans le canal du Mozambique.

A propos de Fiume

Regarder aussi

La monnaie des débuts du capitalisme – Bitcoin crash #8

ImprimerAu tout début du XIXe siècle, l’Europe occidentale s’apprête à entrer dans l’ère du capitalisme …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *