Download Free FREE High-quality Joomla! Designs • Premium Joomla 3 Templates BIGtheme.net
Acceuil / Economie / #Bitcoincrash / Le rôle du pouvoir souverain – Bitcoin crash #15

Le rôle du pouvoir souverain – Bitcoin crash #15

Temps de lecture estimé : 8 minutes

 Le cas des crypto-monnaies, qui prétendent être indépendantes de toute autorité centrale étatique pour redonner à la « population » le « contrôle de la monnaie », invite à revenir sur le rôle de l’État dans la création de l’argent.

1 Bitcoin = 5 546,42 euros au 17 septembre 2018

Critiquer l’économie

Sur la question du rôle de l’État, deux positions traditionnelles se font face. D’un côté les libéraux considèrent l’État comme un usurpateur dont le but, en s’appropriant la monnaie, n’est que de spolier les citoyens de leurs richesses. Cette critique renouvelle celle qui était adressée à la monarchie lors des mutations monétaires sous l’Ancien Régime. De l’autre côté, les économistes favorables à l’intervention de l’État voient dans la monnaie un bien commun dont le gouvernement, en tant que représentant de la volonté générale, devrait garder le contrôle [1].

Cette querelle est purement idéologique. Le « contrôle » sur la monnaie ne concerne que les capitalistes. La seule divergence qui oppose ces différents économistes ne porte que sur le périmètre de l’intervention de l’État.

Si l’on délaisse ce faux débat et que l’on garde en tête que l’État et le capitalisme ne sont pas deux entités opposées, mais qu’elles sont complémentaires, on peut chercher sans a-priori quel rôle l’État a réellement joué dans l’histoire.

La monnaie sans État

Des formes de monnaie ont pu exister dans les sociétés qui ne connaissent pas l’État. Dès lors que des biens particuliers sont considérés comme des richesses et peuvent servir de paiement, la monnaie apparaît dans son principe. [2]

Historiquement, l’intervention de l’État a d’abord eu pour rôle de lutter contre les fraudes et d’aider à la certification du métal précieux. Avant la frappe des pièces, des systèmes de poinçons, utilisés pour certifier les lingots de métal, sont apparus en Mésopotamie. La frappe permet de rajouter un aspect important pour le souverain, mais peu nécessaire à la monnaie elle-même : la propagande. Enfin, un rôle de définition des règles monétaires a aussi été reconnu au pouvoir souverain, mais il s’agit le plus souvent d’entériner des normes nées dans la pratique.

Le rôle de l’État ne va guère se modifier jusqu’au mode de production capitaliste, avec deux caractéristiques. D’une part, l’aspect de propagande lié au privilège de l’émission de monnaie gagne en importance. Au Moyen-Âge, battre monnaie est une manière d’affirmer sa souveraineté, au même titre que le fait de rendre justice. Au fil des siècles, cette propagande efficace va aboutir à une inversion de l’ordre des causalités : au lieu de comprendre que la souveraineté s’affirme grâce à la monnaie, on va finir par croire que c’est la monnaie qui est garantie par la souveraineté. D’autre part, et ce point va parfois venir contredire le premier, l’État, par le jeu des mutations monétaires, cherche à retirer un profit de son rôle dans la définition des normes. Cette politique engendre une défiance à l’égard de l’État mais sans pour autant que l’association monnaie et souveraineté ne soit remise en cause : la construction des États Nations dans les débuts du capitalisme s’accompagne d’une mise en place de monnaies nationales. Ces monnaies nationales que sont le franc, la livre ou le dollar restent cependant garanties par le métal précieux pendant plus d’un siècle.

La fonction spécifique de l’État à l’époque capitaliste

Dans un premier temps, l’État de la période capitaliste se cantonne à son rôle traditionnel de définition des normes légales et de contrôle des instances d’émission des monnaies. L’émission des billets de banque est réservée par privilège à des banques centrales qui demeurent privées mais qui ne peuvent échapper aux prescriptions de la puissance publique. Mais même cantonné à une fonction traditionnelle, le rôle de l’État s’étoffe parce que l’État lui-même devient beaucoup plus efficace. Les formes modernes d’administration donnent à la bureaucratie étatique un pouvoir que ne possédait nullement l’État d’Ancien Régime.

C’est parce que cet État est devenu à la fois plus efficace et plus puissant, et c’est aussi parce qu’au cours du XXe siècle son rôle économique et social s’est affirmé à tout point de vue, que la mutation décisive peut avoir lieu entre la Première Guerre mondiale et les années 1970. La dette publique se substitue alors à la monnaie-marchandise comme garantie ultime de la valeur de la monnaie. Cette garantie n’est cependant pas une garantie souveraine. Si l’on voulait raisonner en termes juridiques, on dirait que la garantie de l’État est de nature contractuelle. En émettant un bon du trésor, l’État s’engage conventionnellement à rembourser une dette à terme. Le fait que l’État soit une puissance stable et capable de ponctionner de la valeur future par la fiscalité donne à cet engagement contractuel une force que les autres émetteurs de dettes, même les entreprises les plus puissantes, n’auront jamais. Le système monétaire international s’est construit depuis les années 1970 autour de la garantie de l’État, dans un contexte de développement accéléré de la finance et de mondialisation renouvelée du capital.

La dette mondiale des États est si élevée que son remboursement total est un objectif chimérique. Ce qui compte, cependant, c’est que cette dette soit d’un niveau supportable pour que les intérêts en soient versés : à cette condition, et tant que se poursuit la circulation de la monnaie et des marchandises, le système peut perdurer. C’est un équilibre dynamique instable mais qui n’exprime rien d’autre que l’instabilité du capitalisme en général.

La dette sans fin, une idée qui n’est pas plus folle que le capitalisme

L’idée de la dette sans fin n’angoisse plus les capitalistes contemporains, alors qu’elle avait encore quelque chose d’effrayant pour les bourgeois des débuts de la Révolution Industrielle. Elle a été envisagée très tôt. Dans un roman de Balzac publié en 1838 sous le titre La femme supérieure  (et renommé quelques années après Les Employés), Célestine Rabourdin, la « femme supérieure », s’emploie à faire nommer son mari, alors chef de bureau au ministère des Finances, au poste de directeur. Voici ce qu’elle déclare lors d’une conversation avec son époux.

« Tu veux réduire le budget, c’est l’idée vulgaire et bourgeoise ! Mais il faudrait arriver à un budget de deux milliards, la France serait deux fois plus grande. Un système neuf, ce serait de tout faire mouvoir par l’emprunt, comme le crie M. de Nucingen. Le trésor le plus pauvre est celui qui se trouve plein d’écus sans emploi ; la mission d’un ministère des Finances est de jeter l’argent par les fenêtres, il lui rentre par ses caves, et tu veux lui faire entasser des trésors ! Mais il faut multiplier les emplois au lieu de les réduire. Au lieu de rembourser les rentes, il faudrait multiplier les rentiers… Ton plan est un plan de petite bourgeoisie. Un homme ambitieux n’aurait dû se présenter devant son ministre qu’en recommençant Law sans ses mauvaises chances, en expliquant la puissance du crédit, en démontrant comme quoi nous ne devons pas amortir le capital, mais les intérêts, comme font les Anglais… »

Balzac met dans la bouche de son héroïne des propos auxquels lui-même n’adhère pas, comme le montre la suite du roman. Mais même si c’est pour s’en démarquer, Balzac montre à quel point le discours sur la dette peut déjà s’exprimer avec clarté à son époque.

L’avenir d’une illusion

Le rôle de l’État pour garantir la valeur de la monnaie va-t-il se maintenir dans le futur ? La seule chose dont on peut être certain, c’est que les catégories fondamentales du capital demeureront tant que ce mode de production n’aura pas été détruit. Sachant cela, on peut affirmer que pour que l’État ne soit plus indispensable à la monnaie, il faudrait que la figure de l’anticipation de la valeur puisse être incarnée par une autre puissance sociale.

Dans la période actuelle, une telle possibilité semble exclue. Sous sa forme pseudo-libertaire de monnaie indépendante, la crypto-monnaie est condamnée à plus ou moins brève échéance. Mais l’usage de la blockchain par un État est, elle, déjà une réalité. L’Iran et le Venezuela sont déjà en train de mettre en place des crypto-monnaies. Pour ces États marginalisés, le recours à la blockchain est une tentative pour contourner les sanctions financières qui sont prises à leur encontre. Il est trop tôt pour se prononcer sur de tels essais, mais la récupération par l’État, sur une large échelle, de la technique de la blockchain est une hypothèse tout à fait vraisemblable.

Notes

[1]  Par exemple: La monnaie, un enjeu politique, Jean-marie Harribey, Esther Jeffers, Jonathan Marie, Dominique Plihon et Jean-François Ponsot, collectif économistes atterrés, Seuil, 236 p.

[2] Ici se situe un débat que nous devons évoquer rapidement : comment qualifier ces monnaies des débuts de l’histoire qui n’ont pas encore toutes les caractéristiques de la monnaie classique apparue  au VIe siècle avant JC ? On les a qualifiées de « quasi-monnaie », de « paléo-monnaie » ou de « proto-monnaies », chacun de ces termes montrant la propension des auteurs à souligner l’aspect de continuité ou au contraire de rupture qu’introduit la frappe des pièces. Ce débat est faussé par le fait qu’un certain nombre d’historiens incorporent dans la définition de la monnaie l’existence d’une autorité souveraine. Le rôle de l’État est donc présupposé et conduit certains à refuser de considérer comme monnaie ce qui, pourtant, en possède déjà presque toutes les déterminations.

Série consacrée au Bitcoin, aux crypto-monnaies et à l’argent en général. Tous les lundi à 19 h 17. Prochain épisode le lundi 24 septembre.

Épisode précédent:L’illusion libertaire de la monnaie cryptée

Épisode suivant: La leçon du Bitcoin

A propos de Leon de Mattis

Regarder aussi

Argumentaire : défendre le mouvement des gilets jaunes durant les fêtes

ImprimerPour les fêtes de fin d’année,  LaREM publie un guide pour défendre le pouvoir durant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19h17.info

GRATUIT
VOIR